Projets de recherches financés

Responses to Newton's mathematical-experimental paradigm in 18th-century philosophy (RENEW18)

(Projet EOS, 2022-2026)

Co-Promoteurs : Arnaud Pelletier (ULB), Karin de Boer (KUL), Steffen Ducheyne (VUB)

About the project

In line with recent accounts of the impact of Newton on 18th-century science, RENEW18 aims to bring into focus the widely divergent responses to the mathematical-experimental paradigm (MEP) elaborated in Newton’s Principia mathematica (1687) and Opticks (1704) on the part of 18th-century philosophers. While we do not deny the enormous impact of the MEP, we challenge the prevailing assumption that it effected a radical and thoroughgoing rupture within 18th-century epistemology and metaphysics. Introducing the notion of response as a historiographical category, RENEW18 seeks to account for the full spectrum of philosophical responses to the challenge posed by the MEP, responses that ranged from emulation and appropriation to various types of accommodation to qualified or unqualified resistance. More specifically, RENEW18 studies the direct and indirect effects of the MEP on philosophers who drew from Aristotelian, Cartesian, Leibnizian, and Wolffian sources. It covers the period between 1700 and 1800, treats developments in the Dutch Republic, England, France, and Germany, and foregrounds the impact of non-canonical authors and movements on canonical authors and the other way around. RENEW18’s inclusive and innovative historiography thus counteracts the reductive account of the impact of Newton on 18th-century philosophy that prevails in contemporary scholarship.

RENEW18 is a four-year research project funded by the Belgian research councils FWO and F.R.S.-FNRS (EOS) and will be carried out by a consortium consisting of three principal investigators and seven junior researchers.

More info and vacancies: https://hiw.kuleuven.be/cmprpc/renew18

 

"Que dois-je faire? Les transformations de la raison pratique dans la philosophie moderne avant Kant"

(Projet ARC, 2015-2019)

Promoteur : Arnaud Pelletier

Ce projet entend réviser la compréhension commune de l'éthique dans la philosophie moderne. En effet, l'éthique moderne est souvent restituée à partir de l'opposition entre des approches empiristes (qui reposent sur la reconnaissance de sentiments moraux) et des approches naturalistes (inspirée par les succès des sciences mathématico-physiques de la nature). Dans cette histoire, Kant est considéré comme ayant ouvert la question d'une raison pratique, à savoir la possibilité d'une délibération rationnelle universelle sur ce que l'on devrait faire - une question qui reste à l'horizon d'interrogations contemporaines. La principale hypothèse de recherche de ce projet est que les succès de la rationalité théorique dans les sciences n'ont pas écarté la possibilité d'une raison authentiquement pratique mais ont précisément contribué à transformer celle-ci. Il s'agit ainsi de restituer à cette problématique contemporaine ses racines dans la première modernité, à savoir dans la période qui s'étend du « Quel chemin de vie suivrai-je? » de Descartes au « Que dois-je faire? » kantien.

Chercheurs : Jaime Derenne (doctorant), Sören Hand (doctorant), Andrea Costa (post-doctorant)

L’impact de la Première Guerre mondiale sur l’évolution du Droit International : les juristes belges

(Projet de recherche interuniversitaire, financé par la Région Wallonne, la Région Bruxelles-Capitale et la Communauté Wallonie-Bruxelles, 2014-2018)

Coordinateur ULB: Thomas Berns

Partant de l’expérience des violences ayant marqué l’invasion et l’occupation de la Belgique ainsi que de l’échec du droit international pour enrayer ou même simplement humaniser la guerre, cette recherche tend à démontrer l’impact de la Belgique sur l’évolution de la codification des relations internationales depuis la Première Guerre mondiale. En s’intéressant, entre autres choses, aux actions entreprises dans l’entre-deux-guerres pour corriger les lacunes du droit international, cette étude s’interrogera particulièrement sur le rôle des juristes belges et l’influence de leur expérience de la Grande Guerre sur leurs prises de position dans l’élaboration du droit international. La Première Guerre mondiale est un moment fondateur du droit international. En effet, en raison des violences sans précédent qui la caractérisent, elle pose la question de l’utilité de ce droit et de son effectivité. Le présent projet de recherche propose de se pencher sur l’apport des juristes en général, des juristes belges en particulier et plus encore de l'idée du droit international que ces derniers étaient censés véhiculer dans les représentations de l'histoire des relations internationales qui s'imposèrent au sortir de la Grande Guerre. Peut-on cerner une originalité doctrinale qui orientera la construction du droit international à venir? Quelles sont les doctrines que défendent les juristes belges et en quoi celles-ci sont-elles originales ? Dans quelle mesure sont-elles représentatives d’un tournant universaliste contre la vieille tradition du droit des gens moderne ? Quelle sera leur influence sur l’évolution du Droit international ? Plus encore, quelles seront les conséquences de cette mutation du droit ?

Gouvernementalité Algorithmique et évolution des structures normatives découlant du développement de pratiques statistiques automatisées faisant appel à des Big Data

(Projet de Recherche FRFC 2013-2017)

Responsable du projet: Thomas Berns